udpsonline.net

Spécialiste des demi-finales perdues, Mahamadou Diarra a brisé le signe indien au Real Madrid et à Lyon

Mahamadou Diarra aurait pu connaitre une très grande carrière de footballeur sans gagner de trophées. L’ex international malien est passé à coté des titres majeurs à plusieurs reprises. Arrivé à l’Olympique Lyonnais et au Real Madrid, il a mis fin à cette malédiction.

Dénommé spécialiste des demi-finales perdues, Diarra a su briser ce plafond de verre lors de ses passages en Ligue 1 et en Liga. Etant dans des clubs habitués à gagner, le milieu de terrain a pu soulever des trophées prestigieux durant son immense carrière.

Mahamadou Diarra a gagné son premier trophée durant son parcours en France sous les couleurs de l’Olympique Lyonnais. En 2002, il remporte le Trophée des Champions avec les Gones. Son arrivée coincide avec l’hégémonie des Rhodaniens sur le football français. Il enchaine ensuite avec 7 trophées entre 2003 et 2006.

Rayonnant à l’OL, l’ex capitaine des Aigles du Mali a tapé dans l’oeil des recruteurs du Real Madrid qui l’ont signé en 2006. Avec les Merengues, Djila a soulevé trois trophées en Espagne. Seul regret, il n’a gagné aucun titre avec l’équipe nationale. Bien que cette sélection disposait des joueurs de classe mondiale à l’équipe.

Avec l’Olympique lyonnais :

Champion de France (5) : 2003, 2004, 2005, 2006

Vainqueur du Trophée des champions (4) : 2002, 2003, 2005 et 2006

Avec le Real Madrid :

Champion d’Espagne (2) : 2007 et 2008

Vainqueur de la Supercoupe d’Espagne (1) : 2008

Mali : 3ème de la Coupe du monde U20 en 1999, 4ème de la Coupe d’Afrique des Nations en 2002 et 2004.

Formé au Centre Salif Keita, Mahamadou Diarra a fait ses débuts professionnels à l’OFI Crète en Grèce en 1998. Une seule saison a suffi pour exceller et rejoindre le Vitesse Arnhem aux Pays-Bas. Il a explosé à la face du monde lors de son passage chez les Gones. Ce qui lui a valu ce prestigieux transfert vers le Real Madrid. Ayant échoué à plusieurs reprises en demi-finales, il aurait pu avoir un palmarès assez garni. Mais hélas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *