udpsonline.net

Samuel Eto’o, Neymar, Koulibaly… ces joueurs ont été victimes de racisme

Depuis plusieurs années, le problème du racisme entache le monde du football. Dans les stades, il se manifeste de différentes manières: agressions, chants, cris, insultes, pancartes diffamatoires et les traditionnels cris de singe et lancers de banane qui visent les joueurs noirs ou métis. Les joueurs ne sont pas seulement ciblés en raison de leur couleur de peau, mais aussi du fait de leur religion, ou encore de leur nationalité. Afriquesports se penche sur ce fléau qui, malgré des mesures prises par la FIFA, continue de prendre de l’ampleur.

 

N’hésitez pas à liker la vidéo et si vous venez de découvrir la chaîne Afriquesports, n’oubliez pas de vous abonner et d’activer la notification représentée par la petite cloche pour ne rater aucune info sportive ! C’est parti !

 

Le racisme n’est pas une opinion, c’est plutôt un délit. Comment en effet comprendre que des personnes soient détestées en raison de la couleur de leur peau, voire de leur origine ou appartenance religieuse ? Aucune explication en effet. Et ces dernières années, plusieurs parties du globe ont enregistré des actes racistes. En Asie et en Europe notamment. Si le vieux continent est la terre de toutes les passions, le foot y étant plus médiatisé, force est de constater qu’il souffre énormément de ce fléau. 

 

Partons au Royaume-Uni, berceau du football. On vous le disait, la couleur de peau, n’est pas seulement la cible d’une poignée de supporters pouvant être qualifiés d’ignorants. En 2008, par exemple, à Middlesbrough, des fans de Newscastle United ont entonné des chants islamophobes visant le footballeur égyptien Mido, le traitant de terroriste et scandant « Attention, Mido a une bombe ».

Le 27 mars 2011, à l’Emirates Stadium, à Londres lors d’un match amical entre le Brésil et l’Écosse, Neymar est victime de racisme de la part des supporteurs qui lui jettent une banane. Quatre jours plus tard, la Fédération d’Écosse de football présente ses excuses au Brésil.

 

En Espagne, déjà victime d’insultes racistes lors d’un match à Saragosse en février 2006, Samuel Eto’o a de nouveau été la cible de cris de singe pendant le match de Barcelone à Santander (2-2), en avril de la même année. Hué et insulté à plusieurs reprises, l’attaquant camerounais s’est tout d’abord énervé en frappant le poteau de corner avant de reprendre le jeu, dépité.

 

C’est peut-être la réponse la plus classe à ces actes. Le 27 avril 2014, lors d’un match face à Villarreal CF, le footballeur brésilien du FC Barcelone, Dani Alves est victime d’un acte raciste de la part d’un supporter du sous marin jaune qui lui jette une banane. En réponse à celui-ci, il ramasse le fruit, le pêle et l’avale, puis tire dans la foulée son corner. Quelques temps après, il déclare que cela faisait des années qu’il était en Espagne, et qu’il s’agissait d’actes répétitifs. La meilleure façon selon lui de répondre à ces ignorants, c’est d’agir de la sorte.

 

En France, le 7 mai 2005, au cours d’une rencontre entre Bastia et le FC Istres, le joueur sénégalais du FC Istres Moussa N’Diaye puis Pascal Chimbonda déclarent être victimes d’insultes racistes. Chimbonda souhaite même quitter la pelouse en cours de match, avant de changer d’avis à la suite de l’intervention de Christian Karembeu. À la suite de cela, la Fédération française de football puis le SC Bastia saisissent le procureur de la République de Bastia afin de déposer une plainte contre X. Cette plainte est classée sans suite, faute de preuves.

Le 18 avril 2007, Milan Baros a été accusé de racisme envers Stéphane Mbia après s’être pincer le nez et agiter la main, comme pour chasser une odeur, sous le nez du milieu défensif camerounais du Stade Rennais. Le 4 mai 2007, Milan Baros a été condamné à trois matches de suspension.

 

Vous croyez jusqu’ici avoir tout vu ? On vous laisse découvrir l’Italie. Les joueurs noirs du championnat de Serie A sont très souvent victimes de chants et gestes racistes. On peut citer , entre autres, Mario Balotelli, Angelo Ogbonna, Paul Pogba, ou encore Marcel Desailly. Mais la cible préférée des racistes dans le football italien, demeure l’attaquant Mario Balotelli, régulièrement visé par les supporteurs adverses. Une fois révélé en Serie A avec l’Inter Milan, de nombreuses injures racistes vont descendre des tribunes notamment en 2010 lors du déplacement à la Juventus où les tifosi clameront : « Il n’y a pas d’Italien noir ». En 2013, alors joueur du AC Milan, Mario Balotelli est à nouveau victime de racisme lors d’un match contre l’AS Roma au point que, l’arbitre applique la consigne diligentée par les instances : à savoir interrompre la partie momentanément en attendant une annonce du speaker contre les fautifs. Après cet énième épisode raciste subi, l’international italien a prévenu qu’il quitterait lui aussi la pelouse la prochaine fois que ce type d’action aurait lieu. Pas sûr que cette menace ait eu ses effets, le célèbre numéro 45 étant encore et toujours ciblé.

 

En décembre 2018, le footballeur sénégalais du SSC Naples Kalidou Koulibaly est l’objet de cris de singe lors d’une rencontre du championnat italien face à l’Inter de Milan. Les faisant remarquer à l’arbitre, ce dernier l’expulse de la rencontre avec un carton rouge. Ces faits donnent lieu à une polémique importante sur le comportement des supporters en Italie…

 

Comment définitivement ou en grande partie éradiquer le racisme dans le football ? Pour sa part, la FIFA a annoncé, en mai 2013, de nouvelles mesures. Les sanctions infligées aux clubs et aux équipes représentatives doivent en principe être prononcées selon une approche à deux niveaux :

  • Pour une première infraction ou une infraction mineure, les sanctions que sont l’avertissement, l’amende et/ou le huis clos doivent être prononcées.
  • Pour une récidive ou une infraction grave, les sanctions que sont la déduction de points, l’exclusion d’une compétition ou la relégation devraient être prononcées.

Le volet sanctions de la résolution conclut que toute personne (joueur, officiel, arbitre, etc.) commettant pareille infraction doit se voir infliger une suspension d’au moins cinq matches assortie d’une interdiction de stade.

 

Des actions plus fortes sont cependant attendues de la part des acteurs du football, qui espèrent enfin jouer ou profiter paisiblement d’une rencontre sans ce genre de faits tout simplement scandaleux.

 

Selon vous, quelles doivent être les actions mises en place pour ne plus voir de comportements de la sorte ? Donnez-nous votre avis en commentaires et à très vite pour de nouvelles vidéos sur Afriquesports !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *