udpsonline.net

Salah 7é, James 3é… Les 10 meilleurs joueurs de la saison de Premier League jusqu’à présent…

10) Jamie Vardy (Leicester)
Si Jamie Vardy ne fait pas don de son corps à la recherche médicale, tout cela aura été vain. Il voit la suggestion que les footballeurs l’ont dépassé à 30 ans et le traite comme ce coin de The Hawthorns, se moquant de lui avec l’enthousiasme d’un homme alimenté par le porto, le Red Bull et les omelettes au fromage et au jambon.

Seuls Teddy Sheringham (77), Frank Lampard (82), Alan Shearer (84) et Ian Wright (93) ont marqué plus de buts en Premier League que Vardy (76) après avoir eu 30 ans. L’attaquant de Leicester est à la recherche du record de Shearer pour la plupart des grèves. à 33 ans, comme s’il s’agissait d’un demi-centre de Manchester City défendant un long ballon par-dessus le dessus. Il n’y a sûrement aucun joueur qui garde les choses aussi simples. Il n’y en a certainement aucun qui reste aussi efficace contre toutes sortes d’opposition.

 

9) Patrick Bamford (Leeds)
Il a fallu respectivement deux et cinq semaines de cette campagne à Patrick Bamford pour surpasser l’ensemble de sa carrière précédente pour les buts et les départs en Premier League. Le joueur de 27 ans a marqué une fois à travers quatre sorts de haut vol séparés avec Crystal Palace, Norwich, Burnley et Middlesbrough, la fin de chaque lecture comme une comptine sur le thème du football pour se souvenir du sort des épouses d’Henri VIII: terminé, relégué, fini -éduqué, relégué.

Marcelo Bielsa et Leeds ont insufflé une nouvelle vie à un joueur qui avait longtemps été consigné au purgatoire entre le championnat et la Premier League, obligé à jamais de partager les exercices de finition avec Jordan Rhodes et Sylvain Ebanks-Blake. Son tour du chapeau surprise pourrait bientôt sembler parfaitement prévisible si cette forme s’avère aussi permanente que sa classe.

 

8) Leander Dendoncker (loups)
Nuno a retrouvé Max Kilman à l’arrière de son canapé portugais, mais Leander Dendoncker se cache depuis longtemps à la vue d’une première équipe dotée de talents plus évidents. Raul Jimenez, Adama Traoré, Ruben Neves, Joao Moutinho et Conor Coady font les gros titres mais le Belge fournit l’une des histoires les plus fascinantes.

Dendoncker n’a commencé que 17 matchs de Premier League lors de sa première saison avant de figurer dans chaque match des Wolves en dehors de la Coupe de la Ligue dans une année 2019/20 débilitante, car sa capacité à jouer à la fois en défense centrale et au milieu de terrain l’a établi comme une option cruciale et polyvalente. Le joueur de 25 ans a débuté cinq matches de championnat cette saison, les Wolves perdant les deux seuls qu’il soit restés complètement absents (la défaite 4-0 contre West Ham) ou honorés uniquement en tant que remplaçant tardif (la défaite 3-1 contre Manchester Ville). Ils n’ont concédé qu’une seule fois avec lui sur le terrain: le dernier coup franc de Jacob Murphy pour Newcastle le mois dernier. Fini le temps du tandem incassable Neves-Moutinho.

 

7) Mo Salah (Liverpool)

«Mo a joué une saison incroyable jusqu’à présent, et il s’est de nouveau développé en tant que joueur de cette pure machine de but à un joueur plus connecté, très important pour nous. Il travaille le plus dur, peut aller et repartir, utilise sa vitesse mais aussi sa technique entre les lignes.

Jurgen Klopp a raison. En termes de tirs combinés et de chances créées, Salah (50) mène la tête devant Harry Kane (45) jusqu’à présent cette saison et parvient même à ne pas mettre en danger ses adversaires en tentant de gagner des pénalités vaguement discutables. Il est absolument sensationnel, définitivement sous-estimé et devrait continuer à ignorer ceux qui continuent de prétendre que l’égoïsme est un trait indésirable chez un athlète d’élite qui élève automatiquement le niveau de chaque coéquipier qu’il orne de sa présence.

6) Fils de Heung-min (Tottenham)
Jose Mourinho n’aurait peut-être pas énuméré ses objectifs de transfert théoriques par ordre de préférence quand, en décembre 2018, il a déploré que Manchester United ne puisse plus exercer son autorité de marché sur des équipes comme Tottenham. Mais à peine deux ans plus tard et avec les Portugais ayant échangé leurs rôles de direction, il est stupéfiant de savoir comment Son aurait pu venir après Dele Alli ou Christian Eriksen, inconsciemment ou par conception.

Ces deux-là étaient plus importants et répandus dans différentes équipes de Tottenham, bien sûr, mais Son a combiné les meilleurs traits des deux – compétence, créativité, technique, franchise – avec une finition infaillible, une éthique d’équipe remarquable et une vitesse de pensée et d’action, pour devenir presque le joueur archétypal de Mourinho.

 

5) Dominic Calvert-Lewin (Everton)
Wayne Rooney avait peut-être un point sur les perspectives internationales de Dominic Calvert-Lewin. L’Angleterre a peut-être fini par apprécier un joueur sans faiblesse perceptible, mais Everton a longtemps eu confiance en quelqu’un dont le développement était loin d’être linéaire.

Calvert-Lewin a été signé par Ronald Koeman après avoir passé la saison précédente dans les ligues un et deux. Il a joué pour six managers différents à Goodison Park, payant ses cotisations sur l’aile avant que quelqu’un ne pense que le gamin rapide et fort de 6’1 ″ avec un bond prodigieux et des pieds magnétiques pourrait bien faire un avant-centre. Carlo Ancelotti n’a fait qu’affiner le joueur de 23 ans, simplifiant son jeu à celui d’un pur buteur. Avec des buts en victoires, nuls et défaites contre les champions, du fourrage au milieu de la table et des équipes promues en seulement sept matchs, peu de gens diront que cela a été tout sauf un succès retentissant.

 

4) Jannik Vestergaard (Southampton)

Dans une saison qui a cherché à contester tout le concept de la défense, Jannik Vestergaard est la valeur aberrante. Il fait exception à la règle des moitiés centrales en difficulté, aidant à porter Southampton à un excellent départ après être arrivé à la mi-temps de la défaite 1-0 à Crystal Palace dans laquelle les Saints étaient déjà derrière, tout en se voyant attribuer un siège au banc pour la défaite 5-2 contre Tottenham.

Ralph Hasenhuttl a rétabli le Danois dans sa formation de départ dans chacun des cinq matchs de Premier League depuis et le record de Southampton de W4 D1 L0 F12 A6 à cette époque montre pourquoi. « Il est un modèle pour ne jamais abandonner et pour développer votre jeu », a déclaré l’entraîneur le mois dernier à propos d’un joueur dont la réputation a été brisée apparemment irréparable la saison dernière. La renaissance a été tout à fait merveilleuse.

3) James Rodriguez (Everton)
Merci le seigneur Ancelotti n’a pas demandé les conseils estivaux de Richard Keys, évitant ainsi une réalité alternative farfelue où Everton a signé le Neil Custis-appâtant Troy Deeney au lieu de l’élégant, élégant et stylé James Rodriguez. Le poilu avait raison de suggérer qu’il aura fière allure lorsque les Toffees seront à deux à la maison, mais il sous-estima à quel point le Colombien serait bon dans des victoires étroites à Tottenham ou Crystal Palace.

Il est facile de se moquer avec le recul de ceux qui n’étaient «pas convaincus» que Rodriguez s’adapterait à la Premier League, mais peu de gens pensaient honnêtement qu’il s’acclimaterait si rapidement à un nouvel environnement. Il a défié les perceptions aussi efficacement qu’il a des défenses.

2) Jack Grealish (Aston Villa)

Aucun arrière droit ne peut définitivement prétendre avoir eu le meilleur sur Jack Grealish cette saison. Stuart Dallas s’est rapproché de Leeds, mais était toujours impuissant à arrêter le joueur de 25 ans à l’occasion lors de l’une des performances les plus décevantes du capitaine de l’Aston Villa. Les autres, de George Baldock à Timothy Castagne et Kyle Walker-Peters, avec des détours désastreux à Kenny Tete et Trent Alexander-Arnold, étaient complètement surclassés.

Grealish a été phénoménal, sans doute le meilleur joueur de Villa dans chacun de ses six matches jusqu’à présent. S’il ne broche pas une équipe avec un tir net ou une passe incisive, il les perce avec un jeu de jambes hypnotique: Bukayo Saka (9) est le seul joueur d’Arsenal à avoir complété plus de dribbles toute la saison que Grealish n’a réussi contre Leicester en 90 minutes (8 ). Le plus inquiétant ou excitant, selon les allégeances, est le fait qu’il ne fait que s’améliorer.

 

1) Harry Kane (Tottenham)

« Ça doit être … ça doit être Kane », a crié Vince McMahon en octobre 1997 en prédisant qui serait le meilleur joueur après sept matchs de la saison 2020/21 de Premier League. Il est vraiment difficile de discuter avec lui en toute honnêteté.

Ce n’est même pas particulièrement proche. Kane a parfois été presque immaculé, donnant et recevant à la pointe d’une attaque de Tottenham, la plupart pensaient que Jose Mourinho inhiberait plutôt que d’encourager. Le joueur de 27 ans a affiné cette dimension créative dormante de son jeu sans frais pour ses instincts impitoyables, un repos forcé à la fin de la saison dernière fusionnant à merveille avec une ligne de front plus variée et plus profonde pour former un joueur auquel on ne s’attendait pas de manière réaliste. pour améliorer ce qui approchait déjà de l’éclat générationnel. Pourtant, nous y sommes, avec Kane à cheval sur la Premier League et ayant son chemin avec ceux qui osent le défier une fois de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *