udpsonline.net

Freddy KABONGO nous écrit à propos du Cabinet du chef de l’Etat Felix TSHISEKEDI

Le cabinet du chef de l’État: le plus grand échec de la première année de la mandature du Président Félix Tshisekedi. De bévues en bévues, l’alliance UDPS/UNC a étalé ses limites. Il est donc plus que grand temps que soit menée une sérieuse étude d’évaluation du fonctionnement de ce corps qui, par essence, est l’épine dorsale de toute l’action, de toute la vision du chef.

-affaire 15 millions où le nom du directeur de cabinet est sorti de façon répétitive;

-octroi des marchés de gré à gré;

-le dossier Dieudonné Lobo (Miba) qui, à ce jour, n’a pas livré tous ses secrets mais où on retrouve encore le nom du directeur de cabinet.

-disfonctionnement du cabinet, marqué par l’absence de réunions entre ses composantes et leur directeur;

-traitement de faveur au profit des conseillers d’obédience UNC contre ceux identifiés UDPS;

-noyautage du service de communication de la présidence sous la coupole UNC, avec comme conséquence un criant déficit de visibilité des modestes réalisations du chef de l’État;

-népotisme (trois noms de la famille Kamerhe-Amida repris dans un ordre de mission);

– bourde de Kigali où le directeur de cabinet a humilié le chef de l’État relativement au prétendu regret de ce dernier pour son absence aux noces de l’enfant Kabarebe;

-allusion au rapprochement entre le Kivu et le Rwanda;

-silence complice face aux déclarations incendiaires et provocatrices du FCC contre l’UDPS;

-insultes et attaques en règle des cadres de l’UNC contre leurs homologues de l’UDPS et leur base;

-prise à partie, menaces de représailles et invectives contre des journalistes jugés par eux d’obédience tshisekediste;

-sortie inopportune et propos déplacés de Mme Kamerhe contre l’UDPS;

-visibilité exagérée et nuisible du directeur de cabinet aux côtés du chef de l’État;

-incontestable sabotage des actions du chef de l’État dans son programme d’urgence de 100 jours, notamment par une absence rigoureuse de suivi des travaux des ouvrages de saute-mouton;

-déclarations belliqueuses par les cadres de l’UNC contre l’UDPS relativement à la joute électorale de 2023;

-déplacement non justifié du directeur de cabinet à Moanda où le Président et sa famille s’étaient offert quelques jours de vacances avec, en sus, un exercice raté de marketing marqué par la distribution de 5 000 poissons après les 30 000 vaches gracieusement offertes au fils de son “mon vieux” James Kabarebe;

-“exhibitionnisme” extravagant avec la publication dans les réseaux sociaux des images d’une chaînette en diamant offerte à sa dulcinée par le directeur de cabinet ;

-“rumeurs” (non confirmées) de “ré” enrichissement rapide et du maintien d’un train de vie hors mesure du président de l’UNC;

-accusations de “débauchage” par des cadres UNC de certains membres de l’UDPS;

-circulation incontrôlée des documents officiels de la présidence dans les réseaux sociaux;

-des documents de la présidence publiés avec de graves fautes d’orthographe;

-circulation des photos et des images sensées être classées “intimes” du chef de l’État;

-document de l’adresse du président devant les corps constitués, requérant auprès de l’Union Européenne une levée des sanctions contre certains caciques du PPRD, passage prudemment éludé par le chef de l’État…

Et encore et encore!

Je ne le dirai jamais assez. Une erreur monumentale de jugement, que celle du Président de la République d’avoir choisi comme directeur de cabinet un président d’un parti politique rival qui, au fil des années, a manifestement affiché sa haine contre l’UDPS et contre la famille Tshisekedi. La politique est dynamique, me dira-t-on. Cependant, la nature humaine reste ce qu’elle est. Les intérêts circonstanciels ont rapproché les uns et les autres mais, il n’en demeure pas moins que l’animosité persistante est perceptible à mille lieues. Vital Kamerhe n’a aucun intérêt à voir Félix réussir son mandat. Il en va de son propre avenir politique. Il est donc de bonne politique que Félix prenne ses distances vis à vis de son directeur de cabinet avant que la situation ne pourrisse et ne devienne exécrable. À se demander pour qui roule réellement Vital Kamerhe. Seul l’avenir, très proche, nous instruira. Un Congolais exaspéré.

 

Freddy Kabongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *