udpsonline.net

Faux, le béninois Chitou Rachad n’a jamais utilisé de gris-gris à la CAN

 

 

Chitou Rachad est une légende vivante au Bénin. L’emblématique gardien de but des Ecureuils a marqué l’histoire du football de son pays en participant à trois Coupes d’Afrique des nations sur quatre. Injustement accusé de pratiques occultes à la CAN 2004, l’ancien entraîneur d’ASVO avait récemment démenti ces rumeurs sur la  plateforme «Football Nouveau Départ», dans la rubrique «Apprendre à Nous Connaître».

Sans le vouloir, nous avons maladroitement amplifié cette rumeur dans l’une de nos publications. L’ancien Ecureuil avait pourtant traité ces allégations de canular et son entourage contre-attaque après notre publication : «Mon client n’a jamais dit qu’il a utilisé des gris-gris à la CAN 2004 », martèle son agent, Lionel Yaovi Affantondji.

L’histoire remonte en Janvier 2004 à la CAN Tunisie. Le Bénin affrontait les Bafana-Bafana d’Afrique du Sud. Après la défaite 0-2 des Ecureuils, le gardien Chitou Rachad avait été accusé d’avoir fait « ferme camp ». 16 ans après cette accusation, le béninois clarifie et dément formellement.

 «Il n’y a rien. Ils ont dit «ferme camp». Il n’y a rien. Ce sont des illusions. Malgré les «fermes camps», il y a eu quand même (2-0). Ceux qui sont entrain de parler m’ont-ils vu pincer quelque chose dans le gazon ? En plus, vous avez vu. On a laissé nos plumes sur les terrains alors que lors des éliminatoires, ce n’était pas ça. On a découvert quelque chose de nouveau. Tous autant que nous sommes, on était pratiquement inexpérimenté. Si vous voyez dans l’effectif, on avait combien de joueurs professionnels. Outre Moussa Latoundji, Alain Gaspoz et Oumar Tchomogo, tout le reste, ce sont des joueurs qui jouaient à un niveau moyen. L’image de l’équipe reflétait ceux qui étaient là-bas. Par rapport à l’Afrique du Sud, Chitou n’a pas enlevé, Chitou  fait ci, ce sont des imaginations. Moi, je dis, il n’y a rien de tout ça. Si «ferme goal» y avait, est-ce que contre le Maroc, j’allais encaisser quatre buts ? Chacun est libre de penser ce qu’il veut mais moi je persiste qu’il n’y avait rien.», avait pourtant expliqué Chitou Rachad pour mettre fin aux rumeurs.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *