udpsonline.net

Accusé coupable de la « remontada », la réponse sèche de Thiago Silva à Unai Emery

Capitaine emblématique du PSG depuis de longues années, Thiago Silva a vu son aventure parisienne prendre fin il y a quelques semaines. Si le défenseur brésilien a semble-t-il tourné la page, il garde une certaine rancœur vis-à-vis de Leonardo. Ce dernier n’est d’ailleurs pas le seul puisque l’ancien parisien s’en est également pris à l’ancien coach des Franciliens, Unai Emery.

Thiago Silva garde toujours en travers de la gorge sa mise à l’écart à la surprise général lors du 8e de finale aller de la Ligue des champions contre le Real Madrid lors de la saison 2017/2018. Dans un entretien à France Football, il en a profité pour régler ses comptes avec le désormais coach de Villareal.

« On n’était pas souvent d’accord. Il était le ‘commandant’, enfin, il était payé pour ça, donc je respectais son autorité, mais… Lors du match aller contre le Real Madrid, il m’a laissé sur le banc car il avait besoin d’un défenseur gaucher. C’était son excuse. C’est la première fois que j’en parle mais j’ai eu du mal à le digérer. Il a laissé Di Maria aussi sur le banc. On a perdu 3-1. Au retour (défaite 2-1 au Parc, ndlr), il n’avait plus besoin de central gaucher ? Il me titularise! C’est le genre de chose qu’un joueur ne comprend pas. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. », a lâché l’ancien du Milan AC.

Pour rappel, le coach espagnol avait également sous-entendu que le Brésilien était le grand responsable de la débâcle à Barcelone.

« Thiago Silva est un super joueur, mais je voulais qu’il soit plus haut et je n’ai pas réussi à lui faire accepter cela, avait-il lâché. Je voulais qu’il sorte de sa zone de confort, qu’il ose défendre plus haut pour que la pression générale de l’équipe sur l’adversaire soit plus efficace. J’ai travaillé avec lui pour lui faire accepter cela mais je n’ai pas réussi. Cette caractéristique du jeu de Thiago Silva rejaillissait sur toute l’équipe qui, sous la pression, avait une tendance naturelle à reculer. Pourtant, je donnais la consigne de remonter. Mais ça n’a pas été entendu… » 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *